Domaines de la famille d'Andéol - Site rattaché aux Royaumes Renaissants
 
AccueilRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Chandeleur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Elisel
Veuve d'un Cha
Veuve d'un Cha
avatar

Messages : 814
Localisation RR : Blois

MessageSujet: Chandeleur   Mar 2 Fév 2010 - 13:47

[Dans la nuit du 1er au 2 Février 1458]

Il faisait déjà nuit dehors, depuis un certain temps, quand Elisel descendit de sa chambre vide pour pénétrer dans la cuisine. Elle n'y mettait pas souvent les pieds, ayant délaissé les fourneaux pour manger aux ambassades, toute seule. Il y avait eu un temps, à Blois, où elle voulait partager ses recettes, faire de la cuisine un moment convivial, entre gourmands. Mais l'école, si elle avait été ouverte, n'avait jamais fonctionné, ou si peu. Les fourneaux s'étaient refroidis, les ingrédients qu'elle avait récoltés auprès des habitants généreux avaient été utilisés à autre chose. Les idées s'entassaient toujours dans sa tête, avec personne d'autre pour les manger qu'elle-même.

Son Cha était au loin, blessé dans une bataille dont elle ne savait que penser. Impossible de le rejoindre, et pourtant, le Très-Haut savait combien elle désirait y aller. Lui envoyer des gâteaux? Attila ne serait pas assez fort pour les transporter, même s'il était bien meilleur messager qu'un pigeon. Un voyageur de passage? Mais qui serait assez fou pour aller en Provence, avec la situation actuelle? Et puis, il mangerait le colis, au lieu de le transmettre. Et en admettant que tout se passe bien sinon, les gâteaux seraient secs en arrivant...

Faire un peu de cuisine pourtant, cela la démangeait. Mélanger tous les ingrédients, lécher la pâte pour nettoyer les plats, voir les préparations gonfler à la chaleur, le temps de cuisson et la température du four à évaluer pour que le tout reste moelleux...

Une Noble avait-elle le droit de faire de la cuisine? En public, peut-être que non, mais là, toute seule chez elle...? Et si elle ne pouvait pas cuisiner pour son mari, alors elle cuisinerait pour d'autres qui l'aidaient par leur présence à ne pas baisser les bras!

La recette, cela faisait longtemps qu'elle la connaissait, mais elle était tout de même retournée fouiller un peu partout, pour se rassurer. Le nombre d'oeufs, finalement, c'était combien...? Fin de la journée, elle était allée acheter tout ce qu'il lui fallait, et avait tout ramené : de la farine, du lait, des oeufs et de la bière, pour une pâte légère. Des poires et des pommes, il en restait à la cave, également. Ne restait plus maintenant qu'à travailler une partie de la nuit, pour que tout soit prêt pour le lendemain.

Elle mesura la farine, ajouta les oeufs dans un grand plat, mélangea les deux ingrédients ensemble. Puis elle ajouta lentement, pour dissoudre au fur et à mesure, le lait et la bière, tout en chantonnant.


Préparez votre
Préparez votre pâte
Dans une jatte
Dans une jatte plate
Et sans plus de discours,
Allumez votre
Allumez votre four...
*

Pendant que la préparation reposait, elle attisa effectivement le feu, réduit à l'état de petites flammes qui éclairaient la pièce, pour en faire une bonne flambée. Elle retourna ensuite au plan de travail pour peler pommes et poires et les couper en morceaux, puis elle les versa séparément dans deux petits chaudrons, additionnés d'un peu d'eau. Le tout fut mis à mijoter dans la cheminée pour que les fruits ramolissent.
Elle en avait fait une bonne quantité, vu le nombre de ventres qu'elle prévoyait de nourrir, aussi la pâte mise au repos était prête quand elle eut fini. Une louche, une poêle, et elle s'engagea dans la confection de crèpes, qu'elle faisait sauter pour les retourner et empilait ensuite sur des assiettes. Le plat se vida rapidement, mais elle avait tout de même mal au bras et à l'épaule avant la fin. Restaient encore les fruits à écraser, pour faire de délicieuses compotes, et tout serait prêt!

Enfin... Enfin tout fut fini. La pile de crèpes attendait sur la table, les compotes fumantes refroidissaient dans des terrines. Elle rajouta au tout un pot de miel qu'elle avait réussi à dénicher, songeant encore une fois qu'elle voulait installer des ruches dans la propriété. Pour les boissons, l'eau et le lait ne posaient pas de souci, le vin chaud serait à réclamer aux ambassades.

Elisel laissa le tout en évidence sur la table, et ressortit de la cuisine. Au moment de franchir le seuil, elle se retourna pour observer les leiux, et sourit. Il fallait qu'elle revienne, plus souvent.
Pendant qu'elle cuisinait, elle ne pensait à rien d'autre...









* Pour ceux qui auront reconnu, extrait du film de Peau d'Ane , chanté par Catherine Deneuve en 1970. La chanson en entier  est moins bien adaptée au texte... Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Chandeleur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Imbolc / Chandeleur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Terres d'Andéol :: Le Domaine d'Andéol :: Le logis :: La Cuisine-
Sauter vers: